LE 6 NOVEMBRE 1975 : L’ESPRIT DE LA MARCHE VERTE POUR RELEVER LES DÉFIS DU MAROC D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN

LES CAHIERS DU MATIN ÉDITION DU GROUPE LE MATIN DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : MOHAMMED HAITAMI 6 NOVEMBRE 2020 LE 6 NOVEMBRE 1975 L a Marche verte, dont nous commémo- rons le 45e anniversaire, restera tou- jours unmotif de fierté et une des bases pour mener, sous l’égide de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le combat de modernisation et de développement. Et cette année, cette commémoration intervient dans un contexte très particulier qui nécessite de la part des Marocain les mêmes mobilisation, engage- ment et esprit patriotique qui ont caractérisé la Marche verte et qui traduisent la symbiose et l’union entre le Roi et le peuple. Le Maroc célèbre le 45 e anniversaire de la Marche verte dans un contexte de crise sani- taire et économique exceptionnel. Au-delà des stratégies sanitaires et économiques, cette crise ne sera dépassée que si les Maro- cains se mobilisent tous et s’unissent dans l’élan patriotique qui a toujours caracté- risé le peuple autour des grandes priorités du Royaume. Aujourd’hui encore, Sous le leadership de S.M. le Roi Mohammed VI, le peuple marocain a fait preuve d’un grand élan de solidarité pour faire face aux effets de la pandémie de Covid-19. Cette mobilisation devra s’accentuer pour démontrer, une nou- velle fois, la capacité du Maroc à résister aux chocs avec un sens de patriotisme et de disci- pline face à une situation exceptionnelle. Cet esprit, transmis de génération en génération, a été d’ailleurs au cœur du Discours Royal à l’occasion du 67e anniversaire de la Révo- lution du Roi et du Peuple. Sa Majesté le Roi a, en effet, exhorté tous les citoyens à faire preuve de sens de responsabilité et de patrio- tisme durant cette période difficile. La même mobilisation et engagement sont également les piliers du plan de relance économique hissé en priorité nationale. La Marche verte, par sa dimension politique et historique, avait marqué les esprits, tant par son caractère inédit que par l’ingéniosité de son initiateur, Feu S.M. Hassan II, le Roi unificateur qui a réussi de manière civilisée et pacifique à faire hisser le Drapeau natio- nal dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain. Le 16 octobre 1975, Feu S.M. Has- san II annonça l’organisation d’une marche populaire pour libérer les territoires spoliés du Sahara marocain. Le 6 novembre au ma- tin, à partir du point de contrôle d’Agadir, le Souverain ordonna la marche et fit déployer quelque 350.000 marcheurs qui, en quelques heures, franchirent les barbelés arbitraires érigés en guise de frontière. La veille, dans une allocution célèbre, pro- noncée dans la même ville, le Souverain s’était adressé aux volontaires de la Marche en leur recommandant de saluer tout espa- gnol que la communauté des marcheurs ren- contrerait. «Et si d’aventure, avait-il précisé, il tire sur toi, poursuis ta Marche, armé de ta seule foi que rien ne saurait ébranler». Ce n’est donc pas sans émotion que la mémoire collective se remémore ces moments glo- rieux de l’histoire du Maroc, la symbolique d’une communion indépassable entre le Roi et son peuple. La Marche verte couronnait, en effet, un long combat fait de démarches diplomatiques et de luttes diverses. Elle constituait également une parade complémentaire, ce que les ob- servateurs avaient qualifié de «coup de gé- nie du Roi Hassan II» aux conclusions judi- cieuses de la Cour de La Haye qui a réaffirmé l’existence des liens juridiques et historiques d’allégeance entre le Sahara et le Royaume. Elle balaya ainsi l’argument, mis à son profit par l’Espagne, que le Sahara était terra nullius. Après trois semaines laborieuses de prépara- tifs, la Marche verte fut lancée le 6 novembre 1975 dans un mouvement d’exaltation et de symbiose populaires. Les presses écrite et audiovisuelle avaient été conviées à couvrir l’un des événements les plus grandioses qui constituent toujours une nouvelle étape dans l’histoire du peuple marocain. La mobilisa- tion de 350.000 volontaires, sa gestion assu- rée à travers une organisation remarquable et la sympathie internationale dont elle bénéfi- cia contribuèrent à son succès. Cette Marche se poursuit aujourd’hui sous le règne de S.M. le Roi Mohammed VI à tra- vers une série de projets d’envergures ayant marqué une véritable mue économique et sociale des provinces du Sud. À cet élan vient s’ajouter une percée diplomatique que rien ne semble pouvoir compromettre, avec l’ouverture de plusieurs représenta- tions de pays étrangers dans les villes de Laâyoune et Dakhla, deux hubs écono- miques en devenir. Il reste que la Marche verte, unique en son genre, constitue une manière d’épopée et l’exemple le plus si- gnificatif d’un patriotisme farouche et de la symbiose entre le Trône et le peuple maro- cain. Les combats et les défis que le Maroc n’a cessé de relever par la suite se sont ins- crits dans une logique de mobilisation qui est l’une des caractéristiques principales de notre histoire moderne. n L’ESPRIT DE LA MARCHE VERTE POUR RELEVER LES DÉFIS DU MAROC D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN

RkJQdWJsaXNoZXIy Mzg4Nzg4