66E ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE

12 Spécial fête de l’Indépendance JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 Il y a 66 ans, éclatait la première étincelle de la lutte armée contre l’occupation étrangère Lancement des opérations de l’Armée de libération dans le nord du Royaume L e peuple marocain et la famille de la résistance, en particulier, célèbrent au début du mois d’octobre de chaque année l’anniversaire du lancement des opé- rations de l’Armée de libération dans le nord du Royaume, une page glorieuse dans la lutte héroïque du peuple maro- cain pour la libération nationale, l’indépendance et l’inté- grité territoriale. La commémoration de cet événement rappelle la fidélité et la symbiose qui ont régné entre le Trône et le peuple pendant cette étape cruciale de la libéra- tion et qui met en relief les épisodes glorieux de l’histoire de la résistance des provinces de Boulemane, Taza, Al Hoceïma et Nador, en octobre 1955. Le lancement des premières opérations a constitué une étape historique pleine de gloires et de valeurs de sacrifice et de résistance. Il s’agissait du «prolongement naturel du mouvement de résistance armée, lorsque les autorités d’oc- cupation étrangères ont violé le caractère sacré du Maroc et provoqué le sentiment patriotique de ses fils, en exilant le père de la nation et le héros de la lutte pour la libération et de l’indépendance, Feu S.M. Mohammed V et son compa- gnon dans la lutte et l’exil Feu S.M. Hassan II et l’illustre Fa- mille Royale en Corse puis àMadagascar», souligne le Haut- Commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération. «L’objectif de cette conspiration odieuse était de démanteler le lien entre le Trône et le peuple et d’éteindre la flamme du mouvement national et de la lutte politique», note le Haut- Commissariat, rappelant que le mécontentement a fait rage dans toutes les couches de la société marocaine, et des ma- nifestations de masse ont éclaté dans tout le pays pour ex- primer l’attachement des Marocains à leur Roi, leur unité et à leur religion, ainsi qu’à leurs constantes nationales». Cet événement a marqué le lancement de la première étin- celle du mouvement de résistance et du sacrifice, alors qu’à Immouzer Marmoucha, Taza, Al Hoceïma et Nador, la po- pulation s’est dépêchée pour organiser les rangs de l’Armée de libération et frapper les intérêts et les installations des forces coloniales. Ainsi, les valeureux combattants impré- gnés des valeurs de patriotisme sincère et de citoyenneté ont mené une guerre féroce contre le colon, en déstabili- sant toutes les installations. Depuis la fin de 1954, les com- battants ont pris l’initiative de créer des cellules, des for- mations et des équipes pour l’Armée de libération, et des centres de formation pour l’utilisation des armes et la pla- nification des attaques contre les casernes coloniales, en vue d’entreprendre les tâches de libération et de résistance contre l’occupation étrangère pour le retour du héros de la libération et de l’indépendance et du premier combattant, Feu SM Mohammed V, de l’exil à la mère patrie. Au début de l’année 1955, le navire «Dina», transportant des armes en provenance de l’Orient arabe, destinées aux résistants, a accosté en secret à Ras Al Maa (est de Nador). Les hommes de l’Armée de libération ont veillé à leur ache- minement jusqu’aux postes avancés de la résistance. Les 1er et 2 octobre 1955 sont des dates marquantes en ce qu’elles coïncident avec le déclenchement du mouvement de l’Ar- mée de libération dans le nord du Royaume. Les troupes de l’Armée de libération s’étaient alors déployées sur plu- sieurs fronts et ont livré des attaques coordonnées contre les postes des forces coloniales. Dans les montagnes du Rif et de la région de Taza, les vail- lants résistants ont infligé aux forces d’occupation de lourdes pertes aux plans humain et matériel, notamment à Jbel Lakraâ, Bouskour, Tizi et Daren. Les opérations héroïques de l’Armée de libération mar- quaient ainsi le début de la fin du colonialisme. En effet, 45 jours après le déclenchement de ces opérations, Feu S.M. Mohammed V était de retour à la mère patrie, soit le 16 no- vembre 1955, porteur de la bonne nouvelle de l’Indépen- dance et de la réunification du Royaume. Une visite histo- rique allait être effectuée à Taza, le 14 juillet 1956, par Feu S.M. Mohammed V en reconnaissance des hauts faits de ses habitants et leur dévouement au service de la patrie. n Depuis la fin de 1954, les combattants ont pris l’initiative de créer des cellules, des formations et des équipes pour l’Ar- mée de libération, et des centres de formation pour l’utili- sation des armes et la planification des attaques contre les casernes coloniales, en vue d’entreprendre les tâches de li- bération et de résistance contre l’occupation étrangère, pour le retour du héros de la libération et de l’indépendance et du premier combattant, Feu S.M. Mohammed V, de l’exil à la mère patrie. • 16 novembre 1955 Retour d’exil du héros de la libération nationale, Feu S.M. Mohammed V, et de l’illustre Famille Royale. • Du 20 au 23 novembre 1956 Lancement des opérations de l’Armée de libéra- tion dans le sud du Royaume. • 23 novembre 1957 Soulèvement des tribus Aït Baâmrane contre l’occupation coloniale espagnole. • 13 janvier 1958 Bataille de Dcheira dans la province de Laâyoune. • 25 février 1958 Discours mobilisateur prononcé par Feu S.M. Mohammed V à M’Hamid El Ghizlane, en présence des représentants des tribus du Sahara marocain. • 15 avril 1958 Retour de la ville de Tarfaya à la mère patrie. • 30 juin 1969 Récupération de la province de Sidi Ifni. • 6 novembre 1975 Glorieuse Marche Verte. • 28 février 1976 Le drapeau national hissé à Laâyoune. • 14 août 1979 Récupération de la province d’Oued Eddahab. Chronologie des dates marquant la récupération par le Maroc de ses provinces du Sud

RkJQdWJsaXNoZXIy Mzg4Nzg4